Vendez en toutes saisons grâce à la vente à un promoteur !

Les circonstances nous mènent parfois à tenter de vendre un bien immobilier quelle que soit la saison. On ne peut en effet pas prévoir tous les aléas de la vie, comme le décès d’un parent, une mutation professionnelle ou l’arrivée d’un enfant. Tous ces événements peuvent sembler sans rapport avec des problématiques immobilières, et pourtant, ils peuvent vous pousser à vendre une maison ou un terrain, et bien souvent, dans des délais restreints.

Au moment de mettre votre maison en vente, vous allez devoir tenir compte de plusieurs facteurs. Pour commencer, il faut savoir que tous les mois de l’année ne sont pas propices à une vente immobilière. Nous entrerons plus tard dans les détails, mais partez du principe qu’une maison va moins bien se vendre en hiver qu’au printemps, dans le cas d’une vente à un particulier. L’immobilier fonctionne selon des cycles plus ou moins précis, mais il faut également s’intéresser à des facteurs externes.

À retenir logoExemple de facteurs externes : 

Les taux d’intérêts associés aux crédits par la BCE (Banque Centrale Européenne) vont fortement influencer la tendance des ménages à acheter. En 2018, on trouve par exemple des taux très intéressants, et pourtant, les banques ont beaucoup de mal à prêter aux particuliers. La conjoncture économique est également à prendre en compte, les ménages ayant du mal à épargner et ayant un pouvoir d’achat relativement faible, ils vont avoir beaucoup de mal à s’impliquer dans l’achat d’un bien immobilier.

En dernier lieu, il faut tenir compte des impôts sur l’immobilier pratiqués par chaque commune. Cela va, à l’heure actuelle, pousser des particuliers à quitter une commune pour une autre, il est donc important de vous renseigner à ce sujet pour comparer avec les localités alentours. En clair, vous ne pourrez pas influer sur tous les aspects décisifs d’une vente à un particulier. En revanche, vous pouvez vous tourner vers une vente à un promoteur, qui risque de se dérouler bien différemment.

Bien comprendre la saisonnalité dans l’immobilier

Dans cette première partie, nous allons aborder la vente d’un bien immobilier à un particulier. Parce que le secteur de la vente des biens ne fonctionne pas de la même façon avec un promoteur, nous y consacrerons toute la deuxième partie.

Le printemps, la haute saison des ventes immobilières aux particuliers

Si vous souhaitez comprendre concrètement la saisonnalité qui règne dans le secteur de l’immobilier, saisissez-vous d’un calendrier et effectuez quelques observations simples.

    1. Pour le bien-être des enfants :

En tenant compte des délais cités précédemment, vous pouvez observer que le printemps va être la meilleure saison pour vendre votre bien. Si vous vendez en mars ou en avril, au plus tard en mai, cela signifie que les nouveaux propriétaires pourront s’installer en juillet ou août. Et que se passe-t-il durant ces deux mois ? Ce sont les vacances estivales ! Durant cette saison, les particuliers prennent bien souvent des vacances, surtout s’ils ont des enfants. Il s’avère donc que c’est le meilleur moment pour un déménagement, puisque ces derniers pourront intégrer une nouvelle école dès la rentrée scolaire. Les parents sont attentifs au bien-être de leurs enfants, et cela passe par une scolarité suivie.

    1. Pour des raisons professionnelles :

En ce qui concerne les préoccupations professionnelles, il est également plus pratique de débuter dans une nouvelle entreprise en septembre, au retour des congés. Si c’est une rupture conventionnelle, un licenciement ou même une démission qui sont à l’origine du changement de poste, cela va s’avérer plus simple de trouver un nouvel emploi en septembre, période de recrutement intense dans certaines branches.

    1. Le printemps met une maison en valeur :

En ce qui concerne votre maison, elle va naturellement être mise en valeur durant le printemps. La lumière est magnifique, les jardins commencent à fleurir, les arbres sont resplendissants et surtout, l’isolation de votre maison ne va pas être un sujet de préoccupation majeur. Vous pourrez organiser des visites sans avoir à vous justifier quant au froid qui règne entre les murs de votre habitation ou encore sans qu’une chaleur moite ne s’installe dans toutes les pièces comme durant l’été. Le printemps est synonyme de renouveau et de bonne humeur chez les particuliers, qui sont pour la plupart heureux de quitter l’hiver et la grisaille et prêts à commencer une nouvelle vie.

    1. Le meilleur moment d’acheter pour les ménages :

Enfin, il est important d’observer le cycle de la vente immobilière sous le prisme des finances. Durant le printemps, les particuliers ont bien souvent un compte en banque qui se porte correctement, les fêtes de fin d’année sont loin, les impôts ne sont pas dans les esprits et les vacances ne sont pas un sujet de préoccupation, l’avantage étant donné à l’achat d’une maison ou d’un terrain. Il est important que les particuliers se sentent à l’aise avec leur compte en banque pour effectuer un achat d’une telle envergure. Ce sont les bases de la psychologie humaine, lorsque l’esprit est tranquille, il est possible de se projeter dans le futur bien plus aisément.

Vendre un bien immobilier en été ou un hiver, une alternative qui se développe

Naturellement, le secteur immobilier n’hiberne pas ou ne s’arrête tout simplement pas sous prétexte que la plupart des particuliers ont d’autres problématiques en tête durant certaines saisons. Les mutations professionnelles et les impératifs personnels peuvent survenir à tout moment, ce qui explique que de nombreux particuliers vont chercher à acheter durant l’année, quelle que soit la saison.

Le tout va être de mettre en avant votre bien, car la demande va s’avérer inférieure à l’offre, vous allez donc devoir vous démarquer du mieux possible. Si votre maison est entourée d’un jardin ou d’un terrain, faîtes en sorte que tout soit correctement entretenu quelle que soit la saison. Cela contribuera à donner du cachet à votre bien et donc de la valeur.

Si votre maison se situe dans une zone touristique, misez sur les visiteurs qui affluent durant l’été ou l’hiver et qui peuvent potentiellement tomber sous son charme ! Par ailleurs, n’oubliez jamais que durant la basse saison immobilière, les prix ont tendance à chuter quelque peu. Les acheteurs en ont bien conscience et chercheront peut-être à faire l’acquisition de votre bien durant cette période. Ne laissez pas partir votre maison pour une somme trop faible comparée à la valeur vénale de votre habitation, cherchez à négocier en fonction des atouts de votre bien !

Dans le cas où votre but serait de vendre à un prix plus que correct et que vous n’êtes pas forcément pressé, ou encore que vous avez conscience du manque de cachet de votre maison, pourquoi ne pas faire appel à un promoteur immobilier ?

Des saisons qui n’ont pas d’emprise sur le secteur de l’immobilier lié aux promoteurs

Un promoteur immobilier ne va pas se limiter à une saison en particulier pour acheter un bien, au contraire ! Ses projets vont se succéder les uns aux autres et il va sans cesse être à la recherche de nouveaux terrains à acquérir.

Deux aspects sont à prendre en compte dans une vente à un promoteur. En premier lieu, retenez qu’un tel professionnel de l’immobilier va vous faire une offre en fonction du potentiel constructible du terrain, et non de la valeur vénale des habitations qui se trouvent dessus. Cela signifie que vous pouvez espérer gagner de 10 à 20 % de plus que si vous vendiez à un particulier. Par ailleurs, vous n’aurez pas à entretenir votre terrain à la perfection, puisque de toute façon, le promoteur fera tout raser avant de lancer son projet.

Le deuxième point concerne les délais liés à une vente à un promoteur. Il faut savoir que les négociations vont être nombreuses et que le promoteur devra accomplir de très lourdes démarches administratives. Certes, les délais entre la signature de la promesse de vente et celle de la vente effective vont être relativement longs, mais si l’on compare à une vente à un particulier durant la plus mauvaise saison, vous pourriez bien être gagnant au final ! Notez qu’en plus, vous récolterez plus d’argent sans avoir à vous inquiéter de certaines problématiques. Le promoteur connaît par exemple des banques qui accepteront de lui prêter tandis que les particuliers devront apporter des garanties beaucoup plus nombreuses.

Si vous n’êtes pas pressé de vendre et que votre objectif est de dégager un maximum de profits, vous pourrez prendre votre temps pour négocier. Si un promoteur se présente au printemps, exposez-lui vos arguments, comme le fait qu’un particulier est également enclin à acquérir votre bien dans des délais plus courts. Cela peut vous permettre de conclure une vente très avantageuse, surtout si le promoteur apprécie particulièrement les caractéristiques de votre terrain.

Sachez-vous montrer persévérant

Vendre un bien n’est jamais de tout repos, il est donc important de ménager vos forces et de conserver votre motivation même lorsque la grisaille de l’hiver commence à pointer le bout de son nez.

Un promoteur est un professionnel aguerri du secteur de l’immobilier, vous devez toujours garder à l’esprit que son objectif est de réaliser le plus de profits. Pour cela, il n’hésitera pas à vous faire une offre au rabais, prétextant que la saison ne se prête de toute façon pas à une vente à un particulier. Sachez-vous montrer convaincant et vous obtiendrez gain de cause.

N’oubliez pas de faire expertiser votre terrain pas un professionnel indépendant qui vous donnera une idée de la valeur constructible de votre terrain. Cela va être un avantage pour vous qui aurez toutes les cartes en main lors des négociations. N’oubliez pas qu’une vente à un promoteur demande du temps, vous pouvez appuyer sur ce point pour obtenir une offre raisonnable de la part du promoteur.

Si jamais vous craignez de ne pas maîtriser assez bien les codes de l’immobilier pour engager une négociation avec un promoteur, n’hésitez pas à contacter un cabinet de spécialistes. Ces derniers pourront vous donner leur avis neutre sur l’offre du promoteur mais aussi sur les documents que vous aurez à signer. Par exemple, la promesse de vente va contenir des clauses suspensives que vous devez impérativement négocier pour ne pas être lésé lors de la vente.